Lutter contre le risque d'effondrement des ponts

Risque d’effondrement des ponts : les collectivités invitées à accélérer

Bien que les ponts très fréquentés soient régulièrement analysés, l’état des ponts ruraux est méconnu. À l’issu du conseil des ministres et du terrible accident d’une partie du viaduc Morandi, à Gênes (Italie), l’État invite les collectivités locales ayant la gestion de ponts de réaliser un diagnostic dans les plus brefs délais avec d’éviter tout risque d’effondrement.

Risque d’effondrement : mise en commun des données

Le gros problème, c’est qu’il n’existe aucune donnée partagée concernant l’état global des ponts présents sur le territoire métropolitain. En effet, nombre de ces structures ont été érigées à l’après-guerre, ils ont donc entre 30 et 60 ans, mais personne n’est en mesure de dire s’il y a lieu de faire des travaux de longue haleine ou, au contraire, des travaux d’entretien.

De plus, contrairement au réseau routier par exemple, il est très complexe de discerner les anomalies. Pour diagnostiquer l’état d’un pont, il est nécessaire d’engager des ingénieurs spécialisés afin d’avoir un rapport complet sur les principaux problèmes.

Malgré la pression que met l’État aux collectivités locales pour éviter le risque d’effondrement, le diagnostic et la réparation des ponts du réseau routier français n’est pas une urgence :

Trente pour cent des ouvrages nécessitent des réparations mais en grande majorité ce sont des travaux mineurs.

Benjamin Griveaux, porte parole du Gouvernement à l’AFP

L’État prêt à aider financièrement

En priorité, l’État s’engage à aider financièrement les collectivités locales dans la réparation des ponts les plus dégradés. Du moins, les 7% de ponts menacés d’effondrement identifiés dans un rapport de juillet 2018. En conséquence, les pouvoirs publics devraient augmenter les crédits de l’entretien routier, pour passer de 700 M€ en 2017 à 800 M€ en 2018. Cette hausse se poursuivra dans les prochaines années.

Ce qui pourrait être une bonne nouvelle est en réalité très mitigé. En effet, même si l’État met la main à la pâte pour lutter contre le risque d’effondrement, les collectivités locales semblent allouer un budget moindre quant à l’entretien des ponts. En outre, on constate que les investissements des collectivités dans la voirie sont en baisse (19% de moins entre 2013 et 2015, soit 13,29 milliards d’euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *