Réparation des chaussées françaises

Diminution des dépenses des administrations pour les routes

Le réseau routier de la France totalise plus d’un million de kilomètres, ce qui en fait un des maillages les plus denses d’Europe. Particulièrement dense, des travaux s’avèrent indispensables pour maintenir les infrastructures et les ouvrages d’art en bon état, ainsi que pour décongestionner le trafic aux abords des grandes agglomérations. Pourtant, les entreprises routières tricolores s’inquiètent de la décision gouvernementale de supprimer le taux réduit de TICPE.

Des recettes en hausse mais des aides diminuées

L’entretien du réseau routier français a un coût : L’État et les collectivités territoriales consacrent 13,9 milliards d’euros aux infrastructures routières, les sociétés privées 3,9 milliards d’euros, les grandes entreprises publiques 800 millions et les concessionnaires 490 millions. Pour les usagers, leurs contributions (taxes, redevances, amendesn etc.) s’élèvent à 40,72 milliards d’euros, sachant que la TICPE (Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) pèse pour 29,6 milliards.

Cependant, ces travaux n’endiguent en aucun cas la dégradation des routes et des ponts de France. En effet, la forte circulation ou les conditions climatiques contribuent largement à la formation de nids de poule ou l’affaissement des terrains, et il est bon de noter que le traitement curatif est toujours plus cher que le préventif.

Entre 2005 et 2017, les recettes ont progressé de 18,6%, pendant que les dépenses se rétractaient de 19,6%, ce qui représente un solde positif de 27 milliards d’euros pour l’État sur la même période.

Endiguer la détérioration avec la modernisation du réseau

Pour lutter efficacement contre la dégradation des chaussées et permettre de décongestionner le trafic, il est nécessaire de réaliser des travaux de modernisation. En effet, il existe aujourd’hui des revêtements résistants améliorant la tenue de route, mais restent chers. En moyenne, un tel revêtement coûte 30€ du mètre, ce qui peut gonfler la note très rapidement si une grosse portion de la route est touchée.

Tout cela sans compter que la dette grise est progressivement creusée par l’absence, ou du moins le manque d’entretien préventif, ce qui au final débouche sur un entretien curatif bien plus considérable à réaliser, en termes de moyens matériels et financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *