L'affichage digital : vers la nouvelle communication extérieure ?

L’affichage digital : vers une nouvelle ère pour la publicité ?

À l’heure où le digital s’installe partout dans nos vies, il fallait s’attendre à ce que la publicité digitale intervienne aussi pour les campagnes des rues. Nous sommes tous habitués à croiser des affiches papier aux arrêts de bus ou dans les métros. Et si demain, tout était remplacé par des écrans ? Un bien pour un mal ou une révolution de la publicité ?

Un cadre légal strict pour l’affichage digital

L’histoire a commencé en 2015 avec le géant de la pub JSDecaux pour les campagnes d’affichage de la capitale. Son projet : implanter du mobilier urbain constitué à 15% d’écrans numériques connectés. D’un point de vue pratique, c’est particulièrement intéressant, puisque les publicités à l’écran peuvent être changées rapidement pour communiquer au niveau local.

Pourtant, l’introduction de 15 % d’affichage numérique ne serait pas conforme au règlement local de publicité, qui interdit le digital sur le domaine public. De plus, la Ville de Paris, en 2011, avait voté une loi pour protéger et préserver le paysage et le cadre de vie des Parisiens.

La mutation vers le digital accélérée

Malgré cette histoire, le marché de la communication extérieure est de plus en plus digitalisée. En effet, il est de moins en moins rare de croiser dans les rues des panneaux d’affichage digitaux, parfois couplé ou parfois pour remplacer les dispositifs déroulants traditionnels.

JCDeveaux n’est pas sans reste. Après avoir implanté des écrans à Angers, au Havre ou à Nice, le géant s’attaque également à des villes comme Montpellier ou Nantes, avec pour objectif l’implantation d’un millier d’écrans publicitaires d’ici fin 2018.

Vers la fin de la publicité papier ?

Malgré les promesses, l’affichage digital a lui aussi son lot de contraintes. En effet, contrairement aux panneaux d’affichage extérieurs, il ne fonctionne qu’avec une source d’alimentation, principalement électrique. Son coût est aussi bien supérieur à un panneau classique, et son entretien est d’autant plus complexe que ses composants sont onéreux.

De plus, en cas de dégradation, il se peut que l’écran dans son ensemble soit à changer, ce qui implique des frais en sus.

Et vous, plutôt enthousiaste ou réfractaire à l’implantation d’écrans pour la publicité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *